Catégories
Accueil

Visualisation pour se souvenir de ses rêves

Dessin au pastel à partir d’un rêve.

Il s’agit d’une visualisation* que j’utilise dans mes ateliers d’art-thérapie pour travailler sur les rêves :« Imaginer que vous vous trouvez dans une pièce complètement obscure. Tout est noir autour de vous, vous tournez sur vous-même et apercevez, au fond de la pièce une ouverture, un large couloir. Vous emprunter ce couloir, il fait toujours aussi noir, mais vous n’en n’éprouvait aucune gêne, aucune crainte, vous avancer lentement et, à mesure que vous marchez, des images apparaissent sur les parois ou même tout autour de vous. Il s’agit d’images de vos rêves récents ou même très anciens. Observer ces images. Il est possible qu’une même image vienne et revienne sans cesse, ou alors que vous passiez d’une scène d’un rêve à une autre ou d’un rêve à un autre. Cela dépend de votre état d’esprit du moment. Maintenant, choisissez une seule de ces images. Portez attention aux personnes, au lieu, aux objets, aux couleurs, aux détails ou à toute autre chose présente dans cette image.

Quand vous vous sentez suffisamment satisfait de l’image choisie, ouvrez les yeux et revenez lentement à votre réalité quotidienne.

Maintenant, dessinez votre rêve spontanément. Prenez 10 minutes pour le réaliser. Il s’agit de dessiner l’essentiel. Il ne s’agit pas de faire un beau dessin mais simplement d’être spontanée. »

* Crédit: Visualisation adaptée par Josiane Gagnon (2019) de Terry Schwartz (2006). L'imagerie mentale - 35 exercices pour éveiller le sourire intérieur, Montréal : les Éditions Quebecor.
Catégories
Le rêve en art-thérapie

Le rêve selon Fluchaire

détails du rêve Hiver. flocons de neige
Détail repris et amplifier à partir du rêve Hiver (crédit de l’image : Josiane Gagnon)

Selon Fluchaire (1985), le rêve utilise un langage à part qui possède son propre code. Le rêve nous parle en images. Il peut arriver que ses images nous envoient un message clair, mais la plupart du temps il s’adresse à nous de façon détournée, il utilise la langue des symboles. Toujours selon Fluchaire (1985), le langage symbolique a pour effet d’augmenter la puissance du message, car il mobilise l’émotivité de la personne en la chargeant d’une énergie nouvelle issue des profondeurs de la psyché. C’est en ce sens que le symbole est un transformateur d’énergie. Par exemple, c’est en utilisant une méthode orientée vers l’amplification d’un détail que l’on donne davantage de puissance à un message. On peut demander à la personne de s’attarder à un élément de son rêve et de le dessiner en grand format pour faire ressortir le caractère le plus prégnant. Fluchaire (1985) qualifie le langage du rêve de vivant, car ses images projetées sur notre écran intérieur venant des profondeurs primitives de l’inconscient humain viennent nous remuer, nous transformer, nous « […] en met plein la vue » (p. 83).

Le rêve vient enrichir notre vie à l’aide de son langage symbolique, il « transmet des informations de notre partie instinctive à notre partie rationnelle » (Fluchaire, 1985, p. 91). Toutefois, le rêve le fait avec un immense tact. Il évite de brusquer le rêveur qui pourrait, s’il se sent attaqué, se refermer et bloquer, ainsi, tous les précieux messages provenant de l’inconscient. En terminant, Fluchaire (1985) mentionne que c’est lorsque l’on rêve qu’on est le plus près du cosmos, ce qui donne au rêve un caractère spirituel et universel.

Bibliographie :
Fluchaire, P. (1985). La révolution du rêve. Escalquens : Ed. Dangles.

Personnages de dos en manteaux d'hiver, rue enneigée
Le rêve Hiver (crédit de l’image : Josiane Gagnon)
Catégories
Le rêve en art-thérapie

Le rêve en art-thérapie (1ière partie)

Le travail du rêve sera aborder en profondeur à travers une série de plusieurs articles. Le présent article est le premier jet de cette série.

Ainsi, je vais expliquer certaines notions théoriques et pratiques concernant le pouvoir thérapeutique du rêve en art-thérapie. Entre autre, je vais puiser dans les textes de Gaston Bachelard afin de mettre en lien les notions sur l’imaginaire et celles du rêve comme outil thérapeutique, et de Carl Jung pour expliquer la fonction des rêves et leurs symboliques.

J’espère que le sujet vous passionnera autant qu’il me fascine. En attendant le prochain article, je vous souhaite de beaux rêves.

Oniriquement,

Josiane Gagnon, art-thérapeute

Le rêve
(crédit de l’illustration : Josiane Gagnon)

 

Introduction

Chaque nuit, nous plongeons dans le sommeil et nous traversons quatre cycles : l’endormissement, le sommeil léger et lent, le sommeil lent et profond, et le sommeil profond et paradoxal. C’est au stade du sommeil paradoxal que les rêves sont les plus intenses. De toutes les époques, les rêves ont fasciné l’homme (Magrin, 1996). On a qu’à penser aux Grecs de l’antiquité qui utilisaient les rêves pour être conseillés dans la prise de grande décision (Garfield, 1983). Mais pour tirer de tels conseils de nos songes, il faut s’en souvenir. Plusieurs personnes se plaignent de ne pas y parvenir. Il existe pourtant plusieurs méthodes pour pallier à cela. En ce qui me concerne, je tiens un journal personnel de mes rêves depuis plus quelques années. Ce journal m’aide à approfondir le sens d’un rêve.

(à suivre...)